Veuillez choisir
votre profil

* Vous devez accepter l'avertissement pour accéder à cette partie du site.

Avertissement

Cette section du site internet est uniquement réservée aux distributeurs et n'est pas destinée aux investisseurs. Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations présentes dans les « mentions légales » pour votre protection et dans votre intérêt. Si vous êtes un investisseur, nous vous invitons à quitter cette section du site internet.

J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant que distributeur.

Cette section du site internet est uniquement réservée aux investisseurs non professionnels au sens de la Directive 2004/39/CE. Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations présentes dans les « mentions légales » pour votre protection et dans votre intérêt.

J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant qu’investisseur non professionnel.

RETOUR

Epargne et immobilier : Novaxia appelle l’Etat à proposer un « Plan d’Epargne Urbain »

Par Joachim Azan, président de Novaxia,

Depuis des décennies, le constat est clair : les relations entre les ménages et l’immobilier sont turbulentes. Même si la tendance actuelle est plus dirigée vers la jouissance d’un bien que sa propriété, il en reste tout de même que le logement est la principale préoccupation d’une majorité des Français.

Depuis trop longtemps, les pouvoirs publics drainent les économies des Français vers l’entreprise. Aujourd’hui, à l’heure où les dotations aux collectivités fondent comme neige au soleil, sans compensation aucune de l’Etat, le Gouvernement se doit d’inciter les Français à investir sur des supports de nature immobilière.

Il est temps de dépasser les états d’âme de chacun, et de dire haut et fort que les grands projets urbains ont eux aussi besoin de l’épargne des ménages, celle des plus riches, certes, mais aussi celle de tous les autres.

À ce jour, plus de 4 000 milliards d’euros dorment sur des comptes en banque, et dans le meilleur des cas cette épargne est faiblement rémunérée. Les épargnants ignorent d’ailleurs, lorsqu’un compte de dépôt leur rapporte, à quoi est employée leur épargne alors qu’ils aspirent au sens : la séduction forte exercée par les fonds solidaires en dit long à cet égard.

[…]

Lire la suite de la tribune

PARTAGER SUR