Veuillez choisir
votre profil

* Vous devez accepter l'avertissement pour accéder à cette partie du site.

Avertissement

Cette section du site internet est uniquement réservée aux distributeurs et n'est pas destinée aux investisseurs. Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations présentes dans les « mentions légales » pour votre protection et dans votre intérêt. Si vous êtes un investisseur, nous vous invitons à quitter cette section du site internet.

J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant que distributeur.

Cette section du site internet est uniquement réservée aux investisseurs non professionnels au sens de la Directive 2004/39/CE. Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations présentes dans les « mentions légales » pour votre protection et dans votre intérêt.

J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant qu’investisseur non professionnel.

RETOUR

Panorama, l’écoquartier de Clamart : regards croisés du Maire et de Novaxia

A Paris, le 05 juin 2018. A découvrir dans le livre blanc « Regards sur les nouvelles tendances de l’aménagement urbain » d’Arkéa. Panorama : la vision d’un maire et l’audace d’opérateurs privés.

Entretien croisé entre Jean-Didier Berger, Maire de Clamart, et Joachim Azan, Président de Novaxia, sur le nouvel écoquartier Panorama. Un projet porté et préparé par le maire dès sa campagne des municipales, dont les travaux auront commencé un an après le lancement de la consultation. Un délai remarquablement court qui aura nécessité des moyens inhabituels et des partenaires entreprenants.

Panorama est né dans un contexte de paradoxes et un marché de l’immobilier francilien en croissance. Ainsi l’explique Jean-Didier Berger… « Nous sommes la banlieue la plus dense d’Europe et l’État nous demande de continuer à construire. Dans le même temps, on n’arrive pas à mettre en place les transports, et les collectivités locales sont étranglées par la réduction des dotations qui leur permettent d’exercer les missions pour le compte de l’État. La ville de Clamart est passée de 10 à 5 millions d’euros par an. Dans ces conditions, comment continuer à investir, offrir du service, développer, tout en respectant la loi de contractualisation et ses 1,2 % maximum d’augmentation de dépenses par an ? »

[…]

Télécharger le livre blanc pour lire la suite

PARTAGER SUR