RETOUR

Novaxia mobilise l’assurance-vie pour accélérer le recyclage de bureaux en logements

Pour la première fois, les épargnants vont pouvoir investir, à travers leurs contrats d’assurance-vie, dans le logement, tout en captant la plus-value issue de la baisse de la valeur des bureaux. Ils pourront ainsi participer au financement d’opérations de recyclage de bureaux en logements qui seront de plus en plus nombreuses.

Sous l’égide et en présence d’Emmanuelle Wargon, Ministre chargée du Logement, et d’Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat à l’Economie sociale, solidaire et responsable, et en présence d’Emmanuel Grégoire, Premier adjoint d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, nous annoncions le 19 janvier, aux côté de quatre assureurs-vie (AG2R LA MONDIALE, Generali, Suravenir et Spirica), une mobilisation inédite en matière de recyclage de bureaux en logements.

Cette mobilisation se concrétisera par une innovation majeure dans l’épargne immobilière : la création à venir de « Novaxia R » au printemps 2021, le premier fonds en assurance-vie de Recyclage d’immeubles de bureaux en logements. R pour « Responsable, Résidentiel, Recyclage, Rénovation »

Les constats suivants offrent un contexte extrêmement favorable au recyclage de bureaux vacants en logements :

– La demande de bureaux baissera structurellement suite à l’augmentation du télétravail ;

– La pénurie de logements s’est accélérée ;

– La rentabilité des bureaux prime converge avec le rendement du logement ;

– Recycler des bureaux en logements représente une économie importante d’émissions de CO2 par rapport à la construction neuve ;

– L’assurance-vie est le plus important canal d’épargne en France (1800 milliards euros d’encours correspondant à 47 millions de contrats d’assurance-vie individuels) et le rendement des fonds en euros baisse fortement depuis plusieurs années.

Face à cela, Novaxia a lancé un appel à partenariat à des assureurs-vie innovants et engagés (AG2R LA MONDIALE, Generali, Suravenir et Spirica) qui ont répondu présents. Le partenariat vise à être élargi à tous les assureurs-vie de la place et aux acteurs de l’épargne en général (banques et investisseurs institutionnels).

Cette démarche permet ainsi de viser à concilier l’utilité sociétale et le rendement du placement des épargnants. Cette initiative privée est la première à être cohérente avec le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat visant à diviser par deux l’artificialisation nette des sols d’ici 2030. 

Lire le communiqué de presse

EVENTS

PARTAGER SUR